Forum Liebe-de-th






Hallo die Leute!!!

Bienvenue à toi sur Liebe, si tu n'es pas un de nos membres. Sur Liebe, nous te proposons un tas de possibilités. Tu pourras te tenir au courant de toute l'actualité TokioHotelienne, rencontrer de nouvelles personnes, et même participer au RPG. Choisis ton personnage et fais avancer l'histoire.

Pour plus de renseignements, nous t'invitons à t'inscrire et à nous rejoindre!!

Le Staff.


Forum Liebe-de-th
Le RPG a besoin de personnages. Nous recherchons en priorité Franziska Schäfer, David Jost, Liam Ivanof, Adam Straus.

Partagez | 
 

 Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Hey, je m'appelle

Invité




MessageSujet: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 9:54

Journée de merde! Comme tout les jours en fait. Depuis que j'ai commencé à travailler, je passe des journées de fou. Ce n'est même pas un boulot que je voulais faire à la base. Je suis secrétaire dans un bureau d'avocat, et ça me fait plus chier qu'autre chose. Mon Dieu que je suis vulgaire. N'empêche que j'ai une heure de route pour rentrer chez moi. En effet, je bosse sur la grande ville de Marseille mais habite dans un petit village perdu. J'emprunte la voix rapide, l'A7. Il fait encore jour mais le soleil décline déjà à l'horizon. D'ailleurs à cause de lui, je vois presque rien. Bon, j'abaisse le pare-soleil pour y voir un peu plus clair. Il n'y a presque personne sur la route, je devrais être chez moi dans peu de temps. Tiens, quelqu'un fait du stop. Est-ce que je m'arrête et je l'embarque? Allez, soyons gentil. Je passe au payage, abaissant ma vitre. J'appelle le jeune homme, légèrement derrière moi qui tend toujours son bras, le pousse en l'air.

"Hey!"

Il se retourne, étonné.

"Vous allez où?"

Il se saisit de ses affaires et s'avance à ma hauteur.

"-Je cherche à atteindre Rognac.
-J'habite là-bas, montez!
-Oh Merci beaucoup. Vous me sauvez la mise."

Il me fait un grand sourire, rayonnant et contourne l'avant de la voiture. Il balance ses bagages à l'arrière et vient s'asseoir à mes côtés.
Je redémarre, une fois le tiquet sur le tableau de bord.

"-Vraiment, je vous en suis très reconnaissant. En plus il n'y a presque personne sur l'autoroute ce soir. J'ai eu de la chance de tomber sur vous.
-Vous êtes une des rares personnes à me dire ça."

Il lève un sourcil. Je souris à ma vanne qu'il n'a pas comprit.

"Laissez tomber."

Il tourne la tête vers le pare-brise et perd son regard à l'horizon.

"-Si vous pouviez vous attacher, ce serait bien.
-Oh, oui pardon!"

Il s'exécute rapidement, et s'appuie contre la portière. Je lui jette un coup d'œil distrait et remarque qu'il est plutôt pas mal... pour un rappeur. Il arbore des vêtements amples du style baggy et tee-shirt XXL, tenu typique du gros rappeur ricain, le wesh-wesh par excellence. Sans omettre la magnifique casquette "NY" vissée sur sa tête. Je décide d'engager la conversation. Puisque j'ai un passager, autant en profiter pour ne pas m'endormir au volant.

"-Qu'est-ce que vous allez faire à Rognac?
-Eh bien, j'ai de la famille par là-bas. Je ne les ai pas prévenu que je revenais des USA et je veux leur faire une surprise.
-Ah, vous revenez des États-Unis?
-Oui. Je suis étudiants en langues étrangères, l'anglais en particulier. Alors je suis partie quelques mois en Angleterre puis en Californie. C'est vraiment une expérience formidable. Par contre, je crois que j'ai grossi."

Il rit timidement. Je lui jette un autre coup d'œil pour constater les "dégâts". Mais il ne me parait pas bien gros sous son haut. Je souris en coin.

"-Eh oui, la "Junk-Food" c'est bon mais c'est gras.
-Oh ce n'est pas tellement ça. C'est plutôt parce que j'ai arrêté le sport et donc tout de suite, le muscle fond. Je fais du Hand-Ball depuis mes 7ans.
-Et vous avez quel âge?
-20 depuis deux mois. Ca me fait tout drôle de revenir. J'ai l'impression d'être parti tellement longtemps! En réalité, j'ai beaucoup muri pendant ces quelques temps. Je n'avais d'endroit fixe où loger et j'ai un peut... dormi n'importe où. Mais c'était fun! Bon bien sûr je suis tombé sur des tordus qui voulaient m'acheter pour que je deal, ou que je fasse du strip-tease, ou encore simplement pour coucher avec eux. Et pour ce débarrasser de ces gens là, ce n'est pas une mince affaire. Oh pardon, je parle trop! Dîtes le moi quand je vais trop loin. Vous n'avez rien contre l'homosexualité j'espère?!"

Moi? Alors que je suis le plus gay de tout les homo de la terre? Enfin d'après mes amis, des petits cons qui se moquent sans cesse de moi et de ma façon de m'habiller, "collé-serré". Va falloir que je pense à renouveler mes relations.

"-Non, aucun problème. Je suis moi-même de ce bord-ci.
-Ah oui? Je n'aurais jamais cru.
-Ne faîtes pas semblant. Je sais que j'ai une tête de Pédé."

Je rigole. C'est tellement vrai. Je ressemble considérablement à une femme avec mon visage fin et mon maquillage appliqué.

"-Non sérieusement, je ne savais pas. Et vous l'avez découvert quand?
-Quoi donc?
-Votre homosexualité?
-Avec ma première copine. J'ai bien senti que ça ne me faisait rien du tout lorsqu'elle me touchait. Enfin ça dépend bien sûr de l'endroit. Mais lorsque nous faisions... ce que nous avions à faire, je ne prenais pas "mon pied" comme on dit. C'était bien trop fade.
-Hmm, je vois.
-Et puis on a testé les godemichés, pour s'amuser à la base mais bon... j'appréciais plus que... Bref vous comprenez!
-Oui j'ai compris."

Il sourit, poliment.

"-Moi j'ai toujours su que j'étais différent. Mais je ne savais pas encore en quoi. Jusqu'à ce qu'il arrive, Dimitri. Un mec mais... canon quoi. Il faisait parti de mon équipe de Hand-Ball. Et un jour, dans les douches... il s'est passé ce qu'il devait se passer. Et ça a été le déclic. Je sais que jamais je ne pourrais faire l'amour à une femme. Ce serait bien trop frustrant. Enfin vous comprenez!
-Oui, je comprend."

On rit un peu de nos propos quelques peu indécents. Et avec tout ça, le temps passe plus vite et l'on arrive bientôt dans le village. Il m'indique une direction que je suis pour rejoindre son chez lui. On se stoppe devant une petite maison toute mignonne, des Pensées dans des pots, accrochés sous les fenêtres. Les mures sont bleus pâles et la porte et les volets sont blancs. C'est vraiment joli. Pendant que j'admirais cette demeure, il en a profité pour récupérer ses bagages: une valise et une housse de guitare. Il me remercie profondément avant de se diriger vers la porte où il sonne. Je redémarre et m'éloigne le laissant là. Je continu dans la petite rue, cherchant par où passer pour retrouver mon chemin. Je jette un coup d'œil dans le rétroviseur et ne peux m'empêcher de rire quand je vois la scène: mon ex-passager agite les bras, me faisant signe de revenir. Je fais demi-tour et me re-poste devant lui.

"-Un problème?
-Euh... oui mes... enfin il n'y a personne et... Je ne comprend pas ils... ils ne répondent pas.
-Oh. Ils auraient déménagé?
-Je n'espère pas. Ils m'auraient prévenu, je pense...
-Hmm. Et vous n'avez nul part ailleurs où aller?
-Non.
-J'ai compris. Montez! Vous venez chez moi.
-Vraiment? Vous voulez bien?
-Allez-y vite! Ou je change d'avis. J'aimerais rentrer chez moi et me prendre enfin une douche."

Il sourit encore une fois avant de s'engager côté passager. Je redémarre et prend la direction de ma rue. Nous y parvenons rapidement, Rognac est un petit village. Je descend et lui prend la valise des mains. Il s'empresse de vouloir la récupérer mais je lui fais signe que ça ne me gène pas. Il prend donc sa guitare. Je verrouille les portières et me dirige vers le petit immeuble qui se tient à côté de nous. J'ouvre la porte et nous fait entrer dans le hall. Puis nous montons trois étages à pied avant de parvenir à mon appartement. Je nous ouvre, pose la valise de mon invité dans la chambre d'ami et lui indique que je pars directement me doucher, qu'il peut visiter seul si il le souhaite. Je récupère un jean, un tee-shirt et un boxer propre dans mon placard avant de me précipiter à la salle de bain. Je me déshabille rapidement et file dans la cabine de douche. Je passe le jet d'eau tiède sur mon corps, me savonne, me rince et ressort enfin, enfilant mon peignoir. Je me mets face au miroir pour me démaquiller soigneusement et me passer un coup de brosse dans les cheveux. Une fois en état à peu près présentable, je me rhabille et sors, enfilant mes chaussons au passage. Je cherche alors mon protégé d'une nuit ou peut-être plus dans l'ensemble de l'appartement. Je le trouve dans le salon, en train d'observer un tableau accroché au mur. Un Gustav Klimt, artiste que j'adore. Il sursaute quelque peu en m'entendant arriver.

"-Vous aimez la peinture?
-J'aime bien. Mais je préfère la musique.
-Vous me feriez écouter quelque chose?
-Euh... vous voulez dire, que je vous joue un morceau?
-Oui.
-Je ne le fais jamais devant d'autre personne que moi-même et ma sœur parfois, quand je suis de très bonne humeur."

Je ris et n'insiste pas. Je ne voudrais pas le mettre mal à l'aise. Je le questionne juste sur son prénom, que je sois au moins au courant de ça à son sujet.

"-Tomas et vous?
-Billy. Mais c'est tellement affreux, je préfèrerais Bill si ça ne te dérange pas. Oh pardon, je vous ai tutoyé!
-Ce n'est pas grave, c'est une bonne idée. Appelle-moi Tom, tiens.
-Attention, on devient intime."

Il rit de bon cœur. Je lui propose alors de souper, puisqu'il est déjà 19h00 passé. Il accepte avec plaisir m'avouant ne pas avoir manger depuis 11h00 ce matin. Je me dirige vers la cuisine où il me suit. Je me penche, la tête dans le frigo.

"Hmm, je peux te proposer une omelette au lardon et au pomme-de-terre avec un peu de salade verte. Ca t'irait?"

Et alors que je me saisis des fameux lardons, je sens ses mains se poser sur mes hanches. Je sursaute indéniablement, faisant tomber la boîte au sol. Je retire ses membres de mon corps et ramasse ce que j'ai fait tomber avant de me tourner vers lui, avec les sourcils froncés. Il se mord l'intérieure de la joue gêné. Je balance la boîte sur le plan de travail avant de me retourner vers lui.

"-Qu'est-ce qu'il t'a pris?
-Je sais pas trop... Je voulais te remercier... à ma manière.
-Oui ben non. Je ne suis pas comme ça."

Je le pousse un petit peu pour atteindre la table avec des œufs et des restes de patates dans les mains. Je m'affaire casser les œufs dans un bol. Il me propose timidement de l'aide que j'accepte pour qu'il prépare la vinaigrette de la salade. Il s'affaire donc à mélanger vinaigre, huile d'olive et un peu de moutarde. Puis il découpe de ses longues mains blanches les feuilles de salades, les jetant dans un saladier que j'ai sorti. Pendant ce temps, je fais cuire mon omelette. Il fouille la cuisine de fond en comble afin de mettre la table avec le nécessaire de couverts. Puis quand enfin tout est prêt, on passe à table.

[...]

"-C'était très bon.
-Oh tu sais, c'est rien d'autre que des œufs et de la salade.
-N'empêche que c'est bon.
-Hmm merci. Tu veux faire quoi maintenant? Regarder un film?
-Oh oui, un film en français... Ca fait tellement longtemps que je n'en ai plus vu."

Je rigole légèrement en débarrassant négligemment la table. Je me lave les mains et nous nous dirigeons vers le salon. J'allume la télé et glisse un DVD dans le lecteur. C'est un film français culte, le genre de film qu'on oubli pas. "Le Grand Bleu". Que celui qui ne l'a toujours pas vu court dans une médiathèque et se le procure.

"-Oh "le Grand Bleu"! Ca fait un baille! Mais il est long ce film non?
-Si, mais il est bien.
-Tu travailles demain?
-Non, j'ai ma journée.
-Okay..."

On se tourne vers l'écran et on écoute.

[...]

"-Il m'avait pas autant marqué la première fois que je l'avais vu. Je devais être trop petit pour comprendre.
-Je détestais le moment où le papa meurt au début quand j'étais petit. Et je déteste toujours d'ailleurs.
-C'est vrai que c'est vraiment affreux la façon dont il meurt."

J'étouffe un bâillement. Je suis légèrement exténué.

"-On va aller se coucher, tu ne crois pas?
-Si. Je dors où?
-Chambre d'ami, j'y ai mis ta valise.
-Très bien."

J'éteins la télévision et me lève difficilemment. Je me dirige vers ma chambre, saluant une dernière fois Tom avant d'entrer dans ma pièce. J'avoue que son geste dans la cuisine, m'a surpris et pris au dépourvu. Je ne m'attendais pas à ce qu'il tente quelque chose avec moi. Ca ne me déplait pas de plaire. Il ne me déplait pas non plus mais... j'aurais vraiment trop l'impression d'être payé étrangement pour un service gratuit, l'hébergement. Enfin... Je commence à retirer mon tee-shirt puis mon jean, cherchant des yeux mon pyjama. Je m'avance vers mon lit, l'ayant repérer, dépassant de sous mon coussin. Je m'en saisis mais avant de pouvoir l'enfiler, je sens de nouveau des mains sur mon ventre. Il me retourne et me place face à lui. Il saisit les vêtements que je tiens dans ma main, les jetant un peu plus loin et remonte ses mains à mon visage. Il m'immobilise doucement pour se pencher vers moi et m'embrasser. Je me laisse aller à ce baiser étrange qui me provoque de longs frissons. Ses mains redescendent dans ma nuque, sur mes épaules et se reposent sur ma taille. Il me pousse légèrement afin que je tombe sur mon lit. Je sens mon cœur se gonfler d'un sentiment bizarre. Je tente de me redresser mais il vient s'asseoir sur mes cuisses, m'empêchant de partir. C'est maintenant seulement que je remarque qu'il est en boxer. Il est environ minuit passé et je vais baiser avec un quasi-inconnu. Est-ce que je suis normal? Beaucoup de gens font cela remarque. Des papillons jouent à voleter partout dans mon ventre. Il m'allonge doucement avant de commencer à embrasser mon épaule, passant ses mains sur mon ventre. Dois-je le repousser alors qu'il frôle la limite de mon sous-vêtement? Même si je devrais le faire, je ne le ferais pas. J'en ai envie. Je ne le ni ne me retiendrais pas. Je passe mes mains dans son dos. Il vient embrasser mon cou, mes clavicules, redescend vers mes tétons qu'il mordille à peine, me faisant gémir. Il continu à descendre vers mon aine sur laquelle il souffle. Je commence à avoir chaud alors que ses mains descendent petit à petit mon boxer. Je tremble de tout mes membres, sujet au plaisir, ou bien... Je ne le retiens pas. Après tout, ça ne fait de mal à personne, une petite partie de jambe en l'air.

Spoiler:
 

"Et maintenant?"

Cette question me laisse au dépourvu. Je lui jette un regard, le voyant fixer le plafond avec un air de satisfaction sur le visage.

"-J'en sais rien." je répond sincèrement.
"-On se reverra?
-Comme tu veux."

Il se tourne alors vers moi et me sourit.
Dans un murmure à la fois enfantin et sensuel, il me souffle:

"Oui, je veux."

Et il se penche vers moi pour m'embrasser chastement, avant de caler son nez dans mon cou, d'y fermer les yeux et de s'endormir contre mon corps. Okay... Rien à dire sinon que j'adore l'autostop.



Fin
Revenir en haut Aller en bas
● Fondatrice ●




Hey, je m'appelle

- NYLY -

Féminin
Nombre de messages : 3429
Age : 25
Date d'inscription : 09/11/2007



MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 13:27

j'ai lu, et j'ai bien aimé.

Mais attention, quand c'est comme çà, les scènes Hot sont à mettre en spoiler.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Lying close to you feeling your heart beating, And I'm wondering what you're dreaming ,Wondering if it's me you're seeing, Then I kiss your eyes and thank God we're together, And I just wanna stay with you, In this moment forever, Forever and Ever!!! ♥ Lucas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Hey, je m'appelle

Invité




MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 13:55

Et comment on met en spoiler?
Revenir en haut Aller en bas
● Fondatrice ●




Hey, je m'appelle

- NYLY -

Féminin
Nombre de messages : 3429
Age : 25
Date d'inscription : 09/11/2007



MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 14:13

tu surlignes ton texte et tu dois avoir un bouton spoiler dans autre.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Lying close to you feeling your heart beating, And I'm wondering what you're dreaming ,Wondering if it's me you're seeing, Then I kiss your eyes and thank God we're together, And I just wanna stay with you, In this moment forever, Forever and Ever!!! ♥ Lucas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Hey, je m'appelle

deathliebe

Féminin
Nombre de messages : 267
Age : 22
Ta chanson coup de coeur : schrei, instant karma
Date d'inscription : 01/03/2010



MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 14:49

j'adore c'est trop mignon ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Hey, je m'appelle

Invité




MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Lun 14 Juin - 17:45

Hm okaaay xD
Revenir en haut Aller en bas




Hey, je m'appelle

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop   Aujourd'hui à 17:39

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hasard fait bien les choses ou Histoire d'autostop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [CD] Celticuivres - BF de Compiègne
» Commande Mytholon avant le gn vite fait bien fait
» Qu'est ce qui vous fait bien envie en ce moment comme matos ?
» Kosmik Vortex : un mélange qui se fait bien
» vite fait, bien fait, le "Musical Bow"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Liebe-de-th :: espace fan :: Fans fictions :: One-Shots-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Musique et Radio | Rock