Forum Liebe-de-th






Hallo die Leute!!!

Bienvenue à toi sur Liebe, si tu n'es pas un de nos membres. Sur Liebe, nous te proposons un tas de possibilités. Tu pourras te tenir au courant de toute l'actualité TokioHotelienne, rencontrer de nouvelles personnes, et même participer au RPG. Choisis ton personnage et fais avancer l'histoire.

Pour plus de renseignements, nous t'invitons à t'inscrire et à nous rejoindre!!

Le Staff.


Forum Liebe-de-th
Le RPG a besoin de personnages. Nous recherchons en priorité Franziska Schäfer, David Jost, Liam Ivanof, Adam Straus.

Partagez | 
 

 [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Mer 30 Avr - 23:01



Les Chroniques d’Akasha


Prologue



Ces chroniques font suite à ma première fiction « Que la nuit te soit belle ».

Elles peuvent être lues indépendamment. Cependant pour plus de clarté, vous trouverez ci-dessous un résumé pour vous aider à situer les personnages.

Akasha est née en Atlantide, il y plus de 10 000 ans. Elle est la dernière descendante d’une race différente des humains. Ils étaient plus puissants, vivaient éternellement, possédaient certains pouvoirs psychiques et ils se nourrissaient de sang humain. Mais ils ne pouvaient se reproduire que par un partage du sang, de l’esprit et de l’âme : le Don.

Par un étrange concours de circonstances, Akasha rencontre les membres du groupe de musique Tokio Hotel et se trouve forcée de partager le Don. Ils sont désormais de la Lignée, liés à elle pour l’éternité.

Pour le meilleur et pour le pire…….cela reste à voir !


Les secrets de Dirgenhar



Dirgenhar est un grand château, niché au centre d’une immense forêt, dans une contrée perdue. Il appartient à la Lignée depuis le moyen âge. Il a toujours été un refuge, où tout membre de la race était le bienvenu quelle que soit sa lignée, une sorte de no man’s land, même en temps de guerre entre clans.

A première vue, rien ne le distingue des autres : quatre tours de gardes, une grande cour intérieure, dépourvue d’arbres. Pour ce dernier fait, je plaide coupable : lors d’un atterrissage, je me suis pris un chêne, j’ai donc réglé drastiquement le problème.

Quand le groupe a quelques jours de congé, nous partons souvent à Dirgenhar. C’est isolé, tranquille et nous y sommes plus en sécurité, qu’à tout autre endroit. Je profite de l’un de nos séjours pour leur montrer le secret de notre château. Ils sont maintenant de ma famille, puisque le Don a été partagé. Il est donc temps qu’ils connaissent certains de nos secrets les mieux gardés…..

Je les enjoins de me suivre à la bibliothèque, où nous nous stoppons, à environ trois mètres du mur opposé à la cheminée. D’immenses rayonnages de livres en recouvrent l’entière surface. Je ne prononce que deux mots :

« Belhador Yaendi »

Sous leurs yeux ébahis, la bibliothèque coulisse silencieusement, laissant apparaître une sorte de sas. Je leur montre l’exemple et marche jusqu’au centre de la petite pièce. Quand je vois que les quatre garçons m’ont rejointe :
« Yaendi Belhador »

Derrière nous, l’ouverture se referme, une sorte de bruit sourd se fait entendre. Toute la pièce commence à descendre, c’est quasi imperceptible, je les rassure d’un sourire.
La porte du sas s’ouvre enfin, je les sens trépigner de curiosité et j’en rigole intérieurement.

La première salle a tout d’une salle de gym, cordes pendues au plafond, espaliers, engins de musculation.

- Tu te caches pour faire de la gym ? me demande Tom en rigolant.

- C’est digne de toi ce genre de remarques ! on le regarde tous en se marrant.

- C’est une salle d’entraînement au combat !

- Comme les militaires ?

- Si on veut : close combat, attaque, défense, tous les nôtres on appris à se battre ! Survivre ou périr !

- Toi aussi ?

- Comme les autres !

En quelques secondes d’une prise, suivie de quelques mouvements très rapides, je suis assise sur le pauvre Tom, qui n’a rien venu venir. Georg, Gustav et Bill sont pliés de rire devant son air dépité.

- Alors là, c’est fort !

- Je vous enseignerai les techniques de base ……

Nous passons à la salle suivante : la salle d’armes. Je me souviens de la première fois, où je l’ai vue, j’en avais ressenti de l’excitation et un vague malaise. Je perçois chez les garçons les mêmes sentiments mêlés.

La pièce est immense, c’est d’ailleurs plus un hangar qu’une pièce. Du sol au plafond, plusieurs centaines d’étagères, couvertes d’armes. De toutes sortes d’armes, des plus simples aux plus dangereuses :

Poignards, armes de poings, fusils mitrailleurs, frondes, arcs, suriken, grenades, nunchakus, sabres, visées laser, munitions……

- Tu prépares la guerre ?

- Non ! Ici sont réunies toutes les armes fabriquées depuis ces deux mille dernières années, des plus anciennes aux plus modernes ! Nous avons étudié toutes les armes créées par les humains, afin de pouvoir y survivre et les neutraliser au besoin. Il n’est pas difficile de bloquer mentalement une arme quand on sait quelle pièce bloquer et comment le faire. Je vous apprendrai, je sais que ce n’est pas agréable de se faire tirer dessus, mais rien ne vaut la pratique…..

- Tu sais toutes les manier ?

- Presque !

Joignant le geste à la parole, je saisis un fusil, le charge …..

- Ah non ! Tu ne vas pas l’essayer sur l’un de nous ?

- Non, à gauche il y a une salle de tir !

- Akasha, je n’aime pas te voir armée ! me lance Bill, avec un regard qui en dit long.

Je ne veux pas le peiner, je l’aime trop ! Je pose donc l’arme, en prenant soin de la décharger. Je glisse ma main dans la sienne et l’embrasse tendrement.

- Je suis désolée !

- Je ne t’en veux pas !

- Je n’ai pas réalisé que je vous choquais. Pour moi combattre est une seconde nature. Je le déplore, mais on ne m’a pas laissé le choix. Vous le comprendrez bien assez tôt…..

Nous pénétrons par une porte sécurisée, dans la pièce située à droite du hangar. Je m’attendais à leurs réactions, je ne suis pas déçue :

- Waow !

- C’est pas croyable !

- Ça existe pour de vrai !

- C’est comme dans « WarGames »!

- Bienvenue dans le centre stratégique de l’organisation Aura !

Trois des murs de la pièce sont couverts d’une multitude d’écrans, un géant sur le mur face à la porte, des plus petits sur les deux autres. Derrière nous des cartes détaillent tous les coins du globe en occupant la quasi totalité du dernier mur. Une vingtaine de bureaux se côtoient et sur chacun d’eux, un ordinateur dernier cri ainsi que des serveurs et des banques de données dignes de l’état major d’une armée.

- Depuis ici, vous avez accès à la terre entière !

- ?????

- Aura possède son propre réseau satellite !

- C’est pas possible, seuls les gouvernements ……

- Il faut croire que non !

- On peut voir n’importe qui, n’importe où ?

- Oui ?

- Tiens, tiens…..

- Ce réseau n’est pas conçu pour reluquer Dieu sait quoi, Dieu sait où !

- Comment tu as deviné ?

- Pense moins fort mon cher !

- Tu n’es pas censée écouter !

- Je n’ai pas fait exprès (fous rires de tout le monde)

- Mais cela doit coûter une fortune ! dit Gus, le premier à reprendre son sérieux.

- L’organisation n’a pas de problème d’argent !

- C’est qui ?

- C’est moi ou plutôt nous !

- ?????

- « Yaendi » fut créée par Belhador, mon père après la chute d’Atlantide. Sa mission était de surveiller et d’empêcher les humains de nous détruire. Elle était alors composée uniquement de membres de la Lignée. Il y a environ mille ans, nous n’étions plus assez nombreux, nous avons donc recruté des humains, triés sur le volet. L’organisation prit le nom d’« Aura », elle a des ramifications dans tous les pays du globe, possède sa propre milice privée, son armement, ainsi qu’un réseau de satellites. Quoi qu’il se passe dans le monde, dans l’heure qui suit, Aura est apte à intervenir. Ce sont des humains qui pensent travailler pour des humains….

- Qui la dirige ?

- Il y a toute une hiérarchie, qui rend des comptes au Comité Directeur : donc à moi ! Enfin à nous, vous faites partie de la lignée : vous dirigez Aura avec moi !

- Ils savent ce que tu es ?

- Non, ils ne m’ont jamais vue, que ce soit en vidéo conférence ou par téléphone sécurisé. Je suis juste une voix déformée : je donne le mot de passe « Belhador » et ils sont à mes ordres, sans poser de questions.

- A quoi sert Aura ?

- A préserver la race humaine d’elle-même !

- Hein !!

- Il y a eu la Première Guerre Mondiale, nous avons laissé courir, nous nous sommes dit que les humains retiendraient la leçon. Puis la Seconde Guerre Mondiale, nous avons cette fois supposé que la leçon serait acquise. Que nenni ! Les humains sont des abrutis bornés ! Quand a débuté la course à l’armement atomique, nous avons changé nos objectifs : plutôt que de nous protéger des humains, nous avons décidé de les protéger d’eux-mêmes.

- Comment ?

- Ce bunker a été construit à vingt mètres sous terre, il est totalement indétectable, protégé des radiations, doté d’un système de filtration des virus. Plus bas, il y une salle contenant des réserves de sang cryogénéisé pour pouvoir tenir une dizaine d’années, voire plus, en stase. Un générateur atomique fonctionne en permanence, afin d’assurer la maintenance du système et ceci depuis des années.

- C’est incroyable !

- Avec de l’argent, beaucoup d’argent, il n’y a pas de limites ……….

- Et vous faites cela pour l’amour de la race humaine ?

- Nous préservons simplement notre nourriture ….le sang irradié ne nous convient pas …..


Fin des secrets de Dirgenhar


Dernière édition par Midian le Mer 6 Aoû - 5:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Jeu 8 Mai - 1:25

L’Achar



L’Achar fut le grand révélateur quant à mon passé. Il me révéla tout ce que je ne savais pas sur l’Atlantide et plus encore …….

Le matin de notre première soirée en amoureux, nous eûmes la surprise de nous retrouver Bill et moi, le front orné d’une larme de pierre, noire comme du jais pour celle de Bill, cristalline pour ce qui était de la mienne.

Evidemment, j’eus droit à un regard de reproche, auquel je répondis par un haussement de sourcil d’incompréhension.

- Qu’est ce que tu as encore fait ?

- Moi, mais rien du tout !

- C’est quand même toi qui as des pouvoirs ?

- Toi aussi maintenant, tu en as, je te signale !

- Oui, mais je sais à peine les maîtriser.

- Raison de plus !

- Ben, j’ai rien fait.

- Moi non plus.

Je me perdis longuement dans la mémoire de la race, mais je n’y trouvai aucune réponse.

- Je consulterai la bibliothèque ce soir.

- Ça c’est gentil, j’irai de mon côté avec Tom, Gus et Georg faire un tour !

- Ah bon ! Tu ne vas pas m’aider ?

- Tu sais bien que je déteste lire (légère moue).

- J’ai compris, dis-je en soupirant …….

Nous descendîmes rejoindre les autres. En général vers 17 heures ils sont réveillés et comme il est déjà 18 heures, ils doivent nous attendre. Ils ont au moins eu la décence de nous laisser profiter de notre tête-à-tête en amoureux sans nous déranger : miracle ! Evidemment notre décoration frontale déclencha une crise de fou rire inextinguible chez Tom : il est la discrétion même quand il s’y met celui-là. Bill vira au rouge cramoisi, quant à moi, je lui lançai un regard peu amène.

- Vous avez l’air con !

- C’est gentil d’être complimentés dès le réveil, fis-je d’un ton grinçant.

- Non, mais c’est vrai ! Vous vous êtes vus ?

- Pour s’être vu, on s’est vu, merci !

- C’est la nouvelle mode ?

- Figure-toi que c’est arrivé tout seul et que je ne sais pas pourquoi.

- Ah bon ! Il y a des choses que tu ne sais pas ?

- Je n’ai pas la science infuse et c’est bien dommage, j’aurais sûrement la réponse à une question qui
me turlupine…..

- Laquelle ?

- Pourquoi, dès fois, tu es si stupide ?

- !!!!!! (regard interloqué de Tom, tandis que nous, nous rigolons à ses dépens)

- Chacun son tour, mon cher !

Je me rendis donc à la bibliothèque avec Georg, qui s’était proposé pour m’aider. Nous y passâmes des heures et des heures sans trouver la moindre réponse. Rien, pas l’ombre d’une piste, d’un indice sur une quelconque pierre qui se retrouve incrustée dans le front de qui que ce soit. La mort dans l’âme, je m’avachis dans un confortable fauteuil et je ne tarde pas à m’assoupir. Il me semble entendre comme une voix. J’ouvre les yeux, je suis seule : Georg a dû partir rejoindre Bill, Gus et Tom. Je referme les yeux et de nouveau cette impression que l’on me parle : je perds la boule ou quoi ?

- Je suis Achar !

- Qui me parle ?

- Je suis Achar !

- Qui es-tu ?

- Je suis celui qui orne ton front et celui de ton compagnon !

- Vous êtes deux ?

- Non, je suis un, tout en étant deux !

- ????????

- Deux moitiés qui forment un tout, comme ton compagnon et toi.

- Pourquoi maintenant ?

- C’est toujours ainsi que cela se passe.

- Je ne comprends pas !

- Lorsque le Roi et la Reine de l’Atlantide ne sont plus, je retourne à la Source. Lorsque la nouvelle Reine prend un compagnon, je fusionne avec chacun d’eux, afin qu’ils acquièrent les pleins Pouvoirs.

- Mais Séthi fut mon compagnon et il n’y a pas eu fusion !

- Non, c’est la première union charnelle de la Reine qui fait de son compagnon le Roi. Il en a toujours été ainsi depuis la fondation de l’Atlantide.

- Elle n’existe plus !

- Je ne le sais que trop bien, c’est grâce ou plutôt à cause des Pouvoirs de la Source que par mon entremise, les derniers souverains ont pu détruire le continent.

- Ainsi ce ne sont pas les humains les responsables ?

- Non !

- Mais pourquoi ?

- Tout avait changé, les coutumes au sein de la Lignée royale avait préservé la pureté de la race atlante, mais le peuple n’en comprenait plus la nécessité, cela a engendré des métissages, des jalousies et des guerres.

- Comment ?

- La coutume voulait que chaque couple engendre des jumeaux : un garçon et une fille. Deux moitiés parfaites destinées à s’aimer et à se reproduire …..

- Et la consanguinité ?

- On parle d’atlantes pas d’humains ! C’est justement lorsque certains d’entre eux se sont reproduits en dehors du schéma que les ennuis ont commencé : jalousie amoureuse, chose qui ne s’était jamais vue ; bagarre familiale, j’en passe et des meilleures. C’est aussi à cette époque que cette nouvelle lignée a commencé à traiter avec d’autres peuples, qui ont jalousés et tentés de voler leur technologie et leurs secrets.

- Ce sont les Pouvoir d’un Dieu ?

- Non, car un Dieu ne meurt pas en détruisant sa création. Mais qui dit immense Pouvoir, dit immense responsabilité !

- Si je n’en veux pas ?

- Tu n’as pas le choix : tu es la dernière de la Lignée royale, tu es Reine ; tu as un compagnon, donc je fusionne avec vous.

- Mais …..

- Il n’y a pas de mais !

- Comment sais-tu que je suis de la Lignée royale ?

- Coupe-toi !

- Hein ?

- Fais-toi saigner !

- Mais pourquoi ?

- Cesse tes questions et fais ce que je te dis.

J’obéis et d’un ongle bien pointu, me fis une entaille dans le creux de la main. La dite entaille se referma en quelques secondes comme d’habitude…..

- Et alors ?

- Tu ne remarques rien ?

- Je cicatrise instantanément, mais c’est pas nouveau !

- Je ne parle pas de cela !

- ??????

- La couleur !

- Quoi la couleur ?

- La couleur de ton sang, tu es dure à la comprenette ma parole !

- Il est doré !

- Eh oui !

- Je ne vois pas ce qu’il y a d’étrange !

- Tu as déjà remarqué que les humains ont le sang rouge ?

- Forcément, je bois leur sang et alors ! Ils ne sont pas atlantes, c’est normal !

- Les atlantes aussi avaient le sang rouge.

- Mais alors…..

- Tu as fini par comprendre ! Seule la Lignée royale avait le sang doré, ils ont su conserver la race d’origine intacte. C’est aussi pour cela qu’ils avaient bien plus de pouvoir que le peuple. Plus ils se reproduisaient entre eux, plus ils amélioraient leur Lignée. Tout le contraire des humains en quelque sorte.

- Bill n’a pas le sang doré donc comment as-tu pu fusionner avec lui ?

- Si la Reine n’est plus en vie, la Princesse aînée devient Reine et à sa première relation, son compagnon devient Roi, tout est déterminé et passe par la Reine. C’est la lignée féminine qui prédomine en Atlantide.

- Mais je n’ai pourtant pas respecté la coutume !

- Tu n’aurais pas pu : tu es la dernière. De plus, je me suis occupé de ce problème de sang, cette nuit.

- Qu’as-tu osé lui faire ?

- Disons que maintenant son sang est aussi doré que le tien !

- Il ne va pas être content !

- Peu importe, c’est plus lui qui décide.

- Parce que tu crois que l’on va te laisser décider pour nous ?

- Oui !

- L’espoir fait vivre !

- Ne me dis pas que tu ne souhaites pas recréer l’Atlantide !

- Ce n’est pas possible !

- Ce que le Pouvoir de la Source a pu engloutir, le Pouvoir de la Source peut le ramener et il ne tient qu’à vous deux de le repeupler !

- Difficile, je ne peux pas me reproduire !

- J’ai aussi réglé ce petit problème. Au fait, pendant que j’y pense, je peux me rendre invisible, ce qui vous évitera bien des questions, ainsi que certaines crises de fou rire…..

- Tu as réponse à tout ….. ( j’avais quelque peu pâli à la suite de ses précédents propos)

Il fallait que je réfléchisse, c’en était un peu ou plutôt beaucoup trop pour la soirée. J’étais à la fois fascinée par ce prodigieux Pouvoir, et anéantie par toutes ces révélations. Apprendre la destruction de son monde par sa propre lignée, c’est choquant, que dis-je ! Inimaginable …..

Et maintenant cette incroyable proposition, faire revivre l’Atlantide, la recréer, ce monde à l’origine si parfait. Mais tout Paradis a son Serpent et dans le mien il s’appelle Humanité !!!


Fin de L’Achar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Mer 14 Mai - 22:27

Tentations…….



Sa conversation avec L’Achar avait laissé Akasha particulièrement dubitative. Elle ne savait que penser ou que faire.

Quelle que soit sa décision, son avenir en serait irrémédiablement bouleversé. Un terrible dilemme s’offrait à elle : recréer l’Atlantide, au risque que la race atlante remplace la race humaine ou que cela finisse aussi mal que dans le passé ; ne rien faire, tout en sachant que cela aurait pu être ……….

Et Bill, comment faire, comment lui parler ? Si pour elle, une atlante de 10 000 ans, gérer le Pouvoir de la Source paraît insurmontable, qu’en sera-t-il pour un humain de 18 ans, même si maintenant il fait partie de la Lignée….. Acceptera-t-il les changements, les responsabilités que cela implique ? Il y sera obligé, comme elle. Cependant elle redoute sa réaction et appréhende déjà de devoir aborder ce brûlant sujet. Autant le laisser encore quelque temps profiter de la vie, sans lui créer de soucis supplémentaires : la tournée, les groupies, les interviews, le manque de vacances, faire constamment attention à ce que personne ne remarque leurs différences, c’est déjà bien assez ….

Elle en devint plus silencieuse, plus lointaine, sans vouloir s’en expliquer. Grâce au Pouvoir de la Source, elle n’avait aucune peine à cacher une partie de ses pensées, même durant Eleendi. Son côté atlante dominait maintenant celui de Lignée. Elle gardait la quasi immortalité apportée par le Don, mais le sang ne lui était plus indispensable, la Source se chargeait de la nourrir par l’intermédiaire de l’Achar. Souvent mentalement elle l’interrogeait afin de mieux cerner la mentalité atlante, la façon dont fonctionnait leur société, leur mode de vie, ce qu’ils aimaient, faisaient de leur temps. Elle espérait que cela l’aiderait à faire un choix et surtout à ne pas reproduire les mêmes erreurs, que ce soit les erreurs atlantes, humaines ou celle de la Lignée. Quitte à recréer un monde, autant qu’il soit parfait, si tant est que la perfection soit d’un monde quelconque !!!!

Perdue dans ses réflexions, un grand fracas la tire brusquement de ses pensées, pour la faire atterrir dans une réalité, où semble-t-il une catastrophe s’est produite. A peine en eut-elle conscience, que des pensées inquiètes et apeurées lui parviennent:

* Akasha ! Il faut que tu viennes, c’est grave ! *
* Ne t’inquiètes pas Georg, j’arrive tout de suite *

Sans réaliser le moins de monde ce qui lui arrivait, Akasha se matérialisa auprès d’eux dans la salle de concert. Sans même le vouloir elle avait fait appel au Pouvoir de la Source, elle avait juste pensé : « Pourvu que j’arrive à temps » et instantanément elle fut exaucée sous les regards éberlués de l’assistance. Toutes les personnes présentes, des techniciens aux gardes du corps en passant par les assistants de tous poils, avaient assisté au prodige.

* Pour la discrétion, tu as fait fort * reprocha-t-elle à l’Achar.
* Je vais arranger cela * fit-il malicieusement.

Tous se retrouvèrent instantanément figés sauf Akasha, ainsi que les quatre membres du groupe Tokio Hotel. Deux d’entre eux étaient d’ailleurs en fort mauvaise posture. Gus et Georg essayaient tant bien que mal de dégager Tom et Bill de sous les décors, puisque l’équipe technique figée ne pouvaient plus participer au sauvetage. Les lourds panneaux de métal, suspendus au plafond, s’étaient écroulés sur les deux jeunes gens encore sur scène.

- On est plus à cela près, murmura Akasha.

D’une pensée, elle fit se soulever les lourds panneaux et les envoya valdinguer 20 mètres plus loin. Bill et Tom étaient encore conscients bien que blessés, ils saignaient abondamment et plusieurs os avaient été fracturés lors du choc. Quatre pairs d’yeux interrogatifs se tournèrent dans la direction d’Akasha lorsqu’ils se rendirent compte que le sang de Bill avait la couleur de l’or, tandis que celui de Tom était bien rouge ….. Levant les yeux au ciel, Akasha éluda leurs questions d’un haussement d’épaules, ce ne serait que partie remise, elle le savait, il allait lui falloir s’expliquer, qu’elle le veuille ou non ….

Posant chacune de ses mains sur leur font, elle les guérit en quelques minutes. Les blessures se referment, les os se ressoudent sans douleur. Elle en profite pour donner un peu de la force de vie qui l’habite à Tom, pour l’aider à se remettre de son importante hémorragie. Bill n’en a pas besoin son Achar y pourvoit déjà.

- Je crois que tu nous dois des explications !

- Hélas !

- Tu nous caches des choses !

- Oui et …non

- C’est surtout à Bill que je dissimule des choses comme tu le dis si bien !

- Akasha, je croyais que tu m’aimais !

- Cela n’a rien à voir.

- Tu n’as pas confiance en moi ?

- Je t’aime et j’ai confiance en toi, mais j’ai peur de ta réaction.

- C’est si grave que cela ?

- Cela pourrait changer la face du monde ?

- Comment ? Ce que tu viens de faire ?

- Cela en fait partie, je souris tristement.

- Mais c’est fabuleux, quel pouvoir immense !

- Qui dit pouvoir immense dit responsabilités énormes, je ne crois pas que tu te rendes compte !

- Je ne suis pas stupide !

- Non, mais des fois un peu irresponsable et cela ne pourra plus être !

- Pourquoi mon sang est doré et celui de Tom rouge ?

- Tu es devenu atlante !

- C’est pas possible.

- Cadeau de l’Achar, je désignai la pierre à son front.

- Tu as compris ce que c’est ?

- Qui c’est ! L’Achar est vivant. Il est temps de lui faire voir, dis-je à l’attention de la pierre vivante.

Je laisse Bill prendre la mesure des implications de son statut de Roi, tandis qu’avec Tom, Gus et Georg, nous fusionnons nos esprits, afin qu’ils sachent tout ce qui s’était passé sans que j’aie besoin de tout raconter. Seul Georg semble comprendre mon malaise et l’implication réelle de ce qui nous était arrivé. Je sens combien il est triste pour moi, car il est le seul à vraiment comprendre mon dilemme et tout ce que j’ai perdu. Je l’en remercie d’un regard empreint de nostalgie…..

- Majesté !!!

- Très drôle, fis-je, en jetant un regard furibond à Tom.

- Tu as le don de toujours voir le côté amusant des choses, mais il faut voir au delà des apparences !

- Toi, tu vois toujours le mauvais côté des choses !

- Moi, au moins j’ai les pieds sur terre. Souviens-toi l‘autre jour : tu trouvais le staff trop lent et tu as pensé : s’ils avaient le feu aux fesses, ils iraient plus vite. Imagine que l’Achar te prenne au mot et leur mette réellement le feu : tu aurais l’air fin. Tu as accès au Pouvoir de la Source, ce que tu souhaites tu l’obtiens, bon au mauvais, dangereux ou pas, c’est à toi de bien contrôler tes pensées. Accessoirement tu peux de mettre d’accord avec l’Achar pour qu’il ne prenne pas tout au mot, mais cela peut dérailler. Je ne pensais pas me matérialiser dans la salle, quand j’ai souhaité arriver à temps !

- Ouais, comme toujours tu as raison !

- J’ai juste plus d’expérience que toi, c’est tout.

- Au fait, si j’ai tout saisi tu avais un frère jumeau …..

- Je….je…..

- Tu es con ou quoi ! fulmina Georg.

- Mais …..

- Imagine que tu perdes Bill, ton jumeau, ta moitié, tu serais dans quel état ? Cela t’arrive de réfléchir avant de dire des conneries ? Tu ne crois pas qu’elle est assez malheureuse comme cela, sans en rajouter ? Coup sur coup, elle a appris la destruction de son monde par sa propre lignée, que celui qui lui était destiné, son jumeau, est mort, sans compter le reste. Tu ferais mieux d’aller voir comment va Bill, plutôt que de continuer à mettre les pieds dans le plat.

- Akasha, je suis désolé ! fit Tom d’un air tout contrit, avant de rejoindre son frère.

- Ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière, dis-je à Georg et Gus.

- Mais quand même, il pourrait faire gaffe !

- Il n’a pas réfléchi !

- Justement et c’est un peu trop souvent ….

- Tu n’es pas très gentil !

- Et toi bien trop tolérante.

- Une chose est sûre, heureusement que c’est Bill et non lui qui a l’Achar, je n’ose imaginer ….

- On aurait eu intérêt à faire gaffe à nos fesses, dit Georg en riant.

- Un tyran en puissance, renchérit Gus.

- On y a échappé belle, fis-je en les observant assis côte à côte à quelques mètres de nous.

- Tu sais ce que tu vas faire ?

- A quel propos ?

- Vas-tu récréer l’Atlantide ?

- Je suis tentée, terriblement tentée, mais est-ce raisonnable ?

- Pourquoi pas ?

- Connaissant les humains jamais ils n’accepteront de vivre en harmonie avec les atlantes.

- Tu en es sûre ?

- Ils en auront peur et quand on a peur, on détruit ce qui semble une menace.

- Tu ne leur ferais rien ?

- Aux humains ? Non ! Moi je le sais, vous, vous le savez, mais eux le sauront-ils …….

Au moment où tous les cinq quittèrent la salle, le temps reprit son cours normal, tandis que le staff mesurait l’étendue des dégâts. Tom et Bill blessés, l’apparition d’Akasha : tout avait été occulté de leurs esprits.

Georg entraîna Tom et Gus vers le bus, pensant qu’il serait mieux que les deux jeunes gens puissent deviser en tête à tête.

Restés seuls, Bill prit la main d’Akasha, tandis qu’elle se lovait contre lui la tête nichée au creux son cou.

- Je suis désolé pour ton frère, ta famille, je ne savais pas….

- Moi non plus, Belhador ne m’en avait jamais parlé, il l’ignorait certainement.

- Mais le Manuscrit de Vie !

- Il parle de la Lignée royale, j’y suis citée, c’est ainsi que j’ai compris, mais il n’est point fait mention du reste. Je savais pour mon frère, mais pas que c’était mon jumeau, ni qu’il m’était destiné. J’ai toujours ressenti comme un vide en moi, un vide inexplicable. Je comprends maintenant.

- Tu en souffres encore beaucoup ?

- Non, car l’Achar y a remédié !

- Comment ?

- Il a fait de toi, mon double : c’est mon sang qui coule dans tes veines.

- Il ne m’en a rien dit !

- Je le ressens en moi et il fallait qu’il en soit ainsi, si la Lignée royale devait renaître….

- Et tu le souhaites ?

- Je ne sais pas ! Mais ce que je sais c’est que je suis heureuse que tu sois à mes côtés et que mon amour pour toi ait rendu possible ce miracle.

- Tu ne regrettes pas l’Achar, malgré ce que cela implique ?

- Si c’était à refaire, je le referais et avec nul autre que toi.

Emu par les propos d’Akasha, une larme perla de son œil pour devenir un diamant, que la jeune femme recueillit délicatement tout en lui murmurant en atlante :

- Pour toujours, ma moitié ……


Fin de Tentations…….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Jeu 22 Mai - 10:01

Gémellité



Encore une interminable interview pour le groupe. Akasha en profite pour s’éclipser discrètement et aller se balader au bord de l’eau. Elle aime l’eau, la mer, cela lui rappelle son Atlantide, un monde empli de rivières, de lacs, de cascades, de verdures.

Elle avise un monticule de rochers et s’y assied, contemplant rêveusement les vaguelettes courant sur l’onde. Tom vient l’y rejoindre. Elle le sent troublé, mais préfère le laisser parler plutôt que de pénétrer indûment ses pensées.

- Akasha !

- Oui, Tom !

- J’aimerais te parler !

- Je t’en prie !

- Je me sens mal depuis quelques temps !

- Que puis-je faire pour t’aider ?

- Tout !

- Comment cela tout ?

- Tu sais, à cause de votre histoire, Bill est devenu comme toi, atlante !

- Et alors ?

- J’ai perdu mon jumeau !

Là, à ma grande surprise, il fond en larmes. Je ressens alors sa peine. Il nous la cachait pourtant bien, mais elle a fini par déborder, comme les larmes qu’il retenait. Troublée et attristée, je le serre dans mes bras dans une vaine tentative de réconfort. Comme je le comprends ! Après tout, j’avais aussi perdu mon jumeau, même si je ne l’avais su que récemment, le chagrin n’en était pas moins présent.

- Tu sais, il est encore en vie ….

- Oui, mais c’est plus pareil, comment te dire, je le sens en moi, ou plutôt je ne le sens plus …….

- Je vois !

- J’ai bien réfléchi, je veux être atlante comme vous ; pour retrouver mon double, mon semblable, ma chair et mon sang !

- Je ne crois pas…..

- Ne me dis pas non, penses-y, j’en ai besoin pour vivre……..

Séchant tant bien que mal ses larmes, il partit, me laissant là, à la fois triste et songeuse ….. Qu’allais-je pouvoir bien faire ?

* Achar !
* Je suis à ton écoute.
* Que me proposes-tu ?
* Rien !
* Comment cela, rien ?
* Rien !
* Tu te répètes !
* Que veux-tu que je te dise ?
* On ne peut pas le laisser ainsi, je ne veux pas qu’il souffre. Après tout c’est ta faute !
* Ah ! Non !
* C’est peut-être moi qui ai fait de Bill un atlante ?
* Oui !
* Ben voyons !
* Tu l’as choisi comme compagnon !
* Et toi, tu l’as transformé à mon insu et au sien, tu nous as mis devant le fait accompli !
* Je n’avais pas le choix !
* La bonne excuse !
* La Lignée royale doit survivre !
* Peut-être, mais en attendant il y a des conséquences !
* Dommage collatéral !
* Je vais m’énerver !
* Ça ne va pas changer grand-chose !
* Peut-être, mais cela me fera du bien !

Je me plongeai dans la mémoire de la race, dans les méandres de la lignée royale, dans tous mes acquis de 10 000 ans d’existence, à la recherche d’une solution. J’avais trop souffert durant ma longue existence, pour laisser quiconque que j’aimais souffrir un tant soit peu. Je finis par entrevoir une issue, fort improbable, car née d’une idée folle, mais après tout, qui ne risque rien n’a rien ….

* Achar !
* Ah ! Non !
* En plus tu écoutes mes pensées !
* Je ne peux pas faire autrement !
* Alors tu sais ce que je veux !
* Non !
* Il n’y a pas de Non, le Pouvoir de la Source est sans limite ou presque !
* Quand même !
* Je suis la Reine, je le veux !
* Mais …….
* Pas de mais, tu le fais !

A mon injonction, l’air se troubla à mes côtés et laissa apparaître une jeune femme. Telle que je l’avais souhaitée. Mon double, ma jumelle ….. Une jumelle pour un jumeau ! Si l’alchimie de l’amour se produit entre eux comme je le suppose, Tom deviendra comme elle : atlante, avec le même sang qu’elle, donc par extension, le même que le mien et celui de son chère jumeau.
Après tout il est si proche de Bill, qu’il est fort logique que ses goûts en matière de femme aient quelques ressemblances. Pour nous différencier quelque peu, elle était blonde comme les blés, tandis mes cheveux avaient les roux de l’automne. De grands yeux verts, une peau pâle et légèrement dorée. Excepté les cheveux et l’Achar incrusté dans mon front, j’avais l’impression de me voir dans un miroir, c’en était fort troublant.

- Bonjour !

- Je suis Séléné !

- Joli nom !

- Tu es le soleil, je suis la lune, née de toi, mais différente, une petite sœur ….

- Je suis heureuse d’avoir un double, enfin une jumelle !

- Moi aussi ! Je suis contente que tu m’aies donné la vie !

- Je pense que tu sais pourquoi !

- Oui, je le sais et d’ailleurs nos caractères sont légèrement différents, l’Achar y a pourvu. Tu es la compagne de Bill, il serait normal qu’en tant que double, j’éprouve la même inclination envers lui, ce serait fort gênant. Tom étant son jumeau, il a suffi de peu ….

- Ne te sens pas forcée pour autant !

- Ne t’inquiète pas, ce n’est pas le cas !

- J’en suis fort aise !

Séléné partit rejoindre Tom, tandis que je demeurais sur les rochers. Je préparai mentalement mon discours pour Bill : il fallait que je le prévienne avant qu’il ne tombe sur ma jumelle. J’espérais aussi que Georg et Gustav ne me fassent pas la même demande, un double c’est une chose, je n’ose imaginer la version quadruplée….

- Tom !

- Akasha !

- Ah non ! Je suis Séléné !

- Pardon !

Tom n’avait pas relevé la tête au son de la voix de celle qu’il pensait être Akasha. Tout surpris, il leva les yeux, pour se noyer dans le vert de ceux de la jeune femme. On entendit un ange passer…..

- Je suis la réponse, dit-elle malicieusement.

- Hein ?

- La réponse d’Akasha à ta demande !

- J’ai dû manquer un chapitre….

Séléné sourit et se penchant, posa délicatement ses lèvres sur les siennes. Au moment où il lui rendit son baiser, il se sentit changer, ce fut à peine perceptible.

- Merci !

- Tu n’as pas à me remercier, je n’ai rien fait. C’est la magie de l’Amour et le Pouvoir de la Source qui ont permis que tu deviennes atlante !

- Tu m’aimes vraiment ?

- Tu en doutes, fit-elle peinée.

- C’est si soudain !

- Notre magie échappe à la logique humaine, tu le comprendras au fil du temps …

- Tu lui ressembles tellement !

- Normal, une jumelle pour un jumeau !

- Quand je pense que je m’étais attaché à elle, en sachant que c’était sans espoir et que j’ai la chance d’en avoir une rien que pour moi !

- Quelle délicate façon de le dire !

- Heu, marmonna Tom, virant au rouge.

- Je ne désespère pas. Un jour, tu finiras bien par acquérir un tant soi peu de délicatesse. Je me fais fort de t’y aider !

- Tu es merveilleuse ! Mon ange !

Pendant ce temps, à quelque distance de là, Akasha expliquait, à un Bill interloqué, ce qu’elle avait fait.

- Tu n’es pas un peu folle !

- Non !

- Mais quand même !

- Tu l’aurais vu, si triste, si malheureux !

- C’est mon jumeau, je l’aurais su s’il avait été malheureux !

- Comme tu sais aussi qu’il éprouve des sentiments pour moi !

- Hein, quoi ?

- Ah ! les hommes, pas fichus de voir ce qui est sous votre nez !

- Tu en es sûre ?

- Certaine ! Il le cache bien, il lutte contre ses sentiments. Mais si on y réfléchit bien, c’est logique : vous êtes jumeaux, la même femme a bien des chances de vous attirer tous les deux.

- J’y avais pas pensé !

- Maintenant, vous aurez chacun votre jumelle, tout est bien dans le meilleur des mondes !

- Si tu le dis ……..

Nous vîmes arriver Tom et Séléné, bras dessus bras dessous, apparemment fort heureux. J’en fus soulagée, j’avoue que je n’étais pas sûre qu’entre eux l’alchimie se fasse. Après tout, je leur avais laissé leur libre arbitre, j’avais juste légèrement faussé la donne, en pourvoyant Séléné d’un caractère et de goûts plus en accord avec ceux de Tom que les miens. J’avais quand même une certaine éthique ….
Tandis que Bill observait sans vergogne mon double, qui lui rendait fort peu discrètement la pareille, je souris à Tom. Dans son regard et son sourire, je ressentais son bonheur, j’étais heureuse pour lui, pour eux !!!

J’oubliais le plus drôle, les têtes de Georg et Gustav en nous voyant Séléné et moi côte à côte, un moment de pure anthologie. Ils n’ont pas pu articuler un mot pendant au moins dix bonnes minutes. De la part de Gus, rien d’étonnant, il n’est pas d’un naturel bavard. Mais Georg, qui pourtant nous gratifie souvent de discours psychologiques fort bien tournés, qu’il reste sans voix, c’est fort inhabituel ! Enfin cela nous fera un bon sujet de taquineries à l’occasion……..

Fin de Gémellité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Mer 4 Juin - 21:42

Problèmes et ….. Solutions



Jour off, comme on dit dans le milieu. Il y en a jamais assez à mon goût : le farniente ça fait du bien au corps comme au moral. Tom est parti se balader avec Séléné, Gus visite un musée quelconque, Georg regarde un DVD avec Bill, tandis que je cogite, assise à l’ombre d’un saule pleureur.

Cette histoire avec Tom me travaille toujours, qu’il ait pu souffrir autant et me dissimuler si bien ses sentiments…….. Cela m’attriste tellement et dire que je n’avais rien remarqué. Je m’en veux, mais alors je m’en veux, cela aurait pu mal finir. Il faut que je sois plus attentive dorénavant : mieux vaut prévenir que guérir !

Aussitôt pensé, aussitôt fait : je me branche discrètement afin de m’assurer du bien-être de chacun. Je sais que c’est une violation de la vie privée, mais c’est pour la bonne cause……

Du côté de Tom : le parfait bonheur. Logique, maintenant qu’il a Séléné et qu’elle veille sur lui, tout devrait aller fort bien.

Passons à Bill : il est quelque peu préoccupé à contrôler l’Achar. Ah ! C’est lui qui a fichu le feu aux pneus de la voiture de David. Il me semblait bien que ce n’était pas très naturel cette histoire. Il faut dire qu’à force qu’on lui mette la pression, il est nécessaire de temps en temps d’ouvrir la soupape et David a le don d’insister et plutôt lourdement. Il y réfléchira peut-être à deux fois dorénavant ……

Voyons pour Gus : tiens, tiens, il se sent seul, trop seul. Je le comprends, nous ne sommes pas des lève-tôt, ne partageons pas vraiment son amour du sport et les visites touristiques, c’est pas trop notre tasse de thé non plus. Va falloir que je trouve moyen de moyenner !!!!!!

Et notre Georg : merde, ça me pendait au nez. Ça va être galère, mais galère, il faut que je trouve un truc rapidement. Et surtout avant qu’il vienne me demander de lui faire aussi un double. Où diable a-t-il trouvé une idée pareille ? Bon, c’est vrai, c’est moi qui ai commencé, mais quand même ………

* Achar !
* Oui.
* Je suppose que comme à ton habitude, tu écoutes aux portes ?
* Moi !
* Ne fais pas l’innocent ?
* Je sais toujours ce que tu penses au moment où tu le penses !
* Bien !
* Comment cela bien ?
* Au moins je n’ai pas besoin de tout répéter !
* Effectivement !
* Aurais-tu une idée pour Georg et Gus?
* Pas vraiment !
* Je ne veux pas encore faire des doubles de moi, mais je ne veux pas qu’ils se sentent seuls !
* Ils n’en mourront pas !
* Je suis d’accord, mais c’est triste d’être seul, j’en sais quelque chose !
* Tu as survécu !
* A quel prix !
* Peut-être, mais tu es heureuse, maintenant !
* Bien sûr que je suis heureuse, mais je le serais pleinement, quand ceux que j’aime le seront autant que moi !
* Tu es compliquée !
* Imagine qu’ils s’entichent de n’importe qui !
* On fera capoter leur liaison !
* C’est pas gentil du tout !
* Il faut ce qu’il faut !
* Que tu dis !
* C’est prouvé!
* Et si nous agissions avant !
* Comment ?
* Mieux vaut prévenir que guérir !
* Toi, tu as encore une idée tordue !
* Mes idées ne sont pas tordues, elles sont…..originales !
* Hum ! Hum !
* Il suffit de leur trouver la compagne parfaite.
* J’aimerais bien voir ça !
* Eh ! Eh ! Je ne suis pas la Reine des atlantes pour rien !
* Le Pouvoir de la source doit être utilisé à bon escient !
* Il le sera et plus que tu ne le crois ……

Je partis rejoindre Bill et Georg dans le Tourbus et mettre mon plan exécution. J’avais pris grand soin d’en dissimuler tous les tenants et aboutissants aux autres grâce à l’Achar. Il ne m’approuvait pas, loin de là, mais était bien forcé de m’obéir. Maintenant restait à prendre leur destin en main et à veiller à ce que nul ne se doute de ce que je tramais. Je prévoyais bien entendu de leur révéler la vérité…… en temps et en heure…..

- Je vous dérange ?

- Non, le film vient de finir!

- Il était bien !

- Ouais, pas mal !

- Georg ! Pourrais-tu me rendre un service ?

- Ça dépend quoi !

- Eh bien, j’ai rencontré deux filles, très sympathiques, avec lesquelles j’ai longuement bavardé. L’une d’entre elle est passionnée de basse, elle en joue et fort bien d’après ce que j’ai pu comprendre. Son rêve serait de jouer avec toi, elle ne me l’a pas dit clairement, mais je n’ai pas résisté à guigner un peu dans ses pensées. Ce n’est pas une groupie hystérique, seulement une vraie fan de musique.

- Pourquoi pas ! Après tout, je n’ai pas grand-chose à faire et comme ça, vous pourrez être tranquille en amoureux (clin d’œil malicieux)

- Je ne te chasse pas pour autant ! (envoi d’un coussin qui le manque de peu)

- Tu en es bien sûre ! (rires)

- Tout à fait ! (fou rire général)

- Elle est avec son amie sur le banc, sous le saule pleureur, à l’entrée du parc !

- Ok, à plus !

Georg partit donc rejoindre les filles, tandis que Bill me regardait d’un air fort soupçonneux. Je me contentai d’un sourire angélique, suivi d’un tendre baiser, qui lui fit oublier tous ses soupçons …..

Arrivé en vue du banc, Georg prit le temps d’en admirer les occupantes, fort jolies au demeurant. L’une d’entre elle semblait assez grande, de splendides yeux gris-vert, de longs cheveux bruns cascadant sur ses épaules. Habillée simplement d’un jeans et d’un pull assorti à ses yeux, elle gardait tout son naturel, tout en ayant beaucoup de charme. Son amie, plus petite, se parait de belles boucles blondes et de grands yeux bruns pleins de malice, des vêtements plutôt sport, mais qui lui allaient à merveille.

- Salut !

- Pince-moi, je rêve !

- Tu veux vraiment que je te pince ? (rires)

- Heu ! Non, pas vraiment !

- Akasha m’a parlé de vous et j’ai eu envie de venir vous voir.

- Akasha est très spéciale !

- On peut dire ça !

- Au fait je m’appelle Myrielle !

- Et moi Jessy !

- Moi c’est Georg ! (sourire)

- On t’a reconnu, d’ailleurs nous sommes ici pour le concert de demain, nous adorons votre musique ! On vous suit depuis vos débuts, c’est d’ailleurs votre musique qui nous a réunies.

- Cool, ça fait toujours plaisir à entendre et vous venez d’où ?

- Magdeburg !

- Ah bon, moi aussi, on s’y est peut-être rencontrés dans le passé !

- Ca m’étonnerait, dit Myrielle.

- Impossible, renchérit Jessy.

- Pourquoi ?

- Heu…….. c’est un peu long à expliquer …….

- J’ai cru comprendre que tu jouais de la basse !

- Oui, c’est ma passion, j’en joue depuis l’âge de douze ans !

- Etonnant, fit Georg en la regardant intensément.

- Je sais, c’est plutôt tard pour s’y mettre, répondit-elle en détournant le regard.

- Non, c’est pas ça, murmura-t-il pensivement.

- Tu me rassures, j’ai beau en jouer depuis bientôt neuf ans, j’apprends encore …. J’aimerais être capable de composer, mais je peine ……

- Cela te dirais de jouer avec moi ?

- J’en rêve depuis que je t’ai entendu jouer la première fois en concert.

- Ok, alors suivez- moi, ma basse est dans le Tourbus.

Georg , Myrielle et Jessy arrivaient en vue du bus, pile au moment où Gus revenait de sa virée en ville.

- Tu es bien accompagné à ce que je vois !

- Tu tombes bien, je m’apprêtai à jouer un peu de basse avec Myrielle, si tu pouvais tenir compagnie à Jessy pendant ce temps, cela lui éviterait de s’ennuyer en notre compagnie. Quand je commence à jouer cela…..

- Peut durer des heures, oui je sais, rétorqua Gustav en levant les yeux au ciel.

- Je ne voudrais pas te déranger, fit timidement Jessy.

- Non, je pensais aller faire un peu de footing, tu es partante ?

- Génial, j’adore ça

Georg passa en coup de vent récupérer sa basse. Au passage, je lui lançai un sourire entendu….qu’il me rendit accompagné d’un clin d’oeil non moins entendu ……

- Toi ! Tu complotes quelque chose, me lança Bill dès que nous fûmes seuls.

- Moi ! Non, pas vraiment !

- C’est bien ce que je pensais, tu complotes !

- Hum !

- Je veux savoir.

- C’est pas vraiment le moment, je t’expliquerai tout plus tard !

- Et pourquoi pas maintenant ?

- J’attends de voir si mon idée fonctionne.

- Dieu sait …..

- Akasha sait ! fis-je en rigolant.

- Si c’est un truc tordu …..

- Tu me connais, j’agis toujours pour le mieux, enfin j’essaye, dis-je peinée.

- Admets que pour Séléné, c’était quand même tordu !

- Peut-être, mais ils sont heureux et c’est le plus important.

- Effectivement, je n’avais jamais vu Tom aussi heureux !

- Tu vois !

Pendant ce temps, Georg et Myrielle partagent leur amour de la basse, mélangeant discussions passionnées et maniement des cordes. Les prouesses de la jeune femme ne cessent de l’étonner, elle est non seulement jolie, mais en plus intelligente et fort douée…que demander de plus ?

De son côté Gustav passe un excellent moment en compagnie de Jessy, qui s’avère être une sportive accomplie. Elle est aussi peu bavarde que lui ce qui l’arrange fort bien, il n’aime pas trop les pipelettes, c’est fatiguant. Il réussit quand même à la faire parler et découvre avec un certain étonnement, qu’elle joue de la batterie….comme c’est bizarre……..

- Tu joues depuis longtemps !

- Depuis que je suis gamine, j’ai toujours eu le rythme dans le sang et de l’énergie à dépenser !

- J’ai comme l’impression que c’est pour beaucoup de batteurs la même chose.

- Aucune idée, je n’en connais aucun autre, enfin à part toi !

- A cinq ans, je m’entraînais sur des casseroles !

- C’est marrant moi aussi !

- Les grands esprits se rencontrent!

- Qui se ressemble, s’assemble, fit Jessy en rigolant.

Peu avant l’heure du repas, Bill et moi sommes rejoints par Séléné et Tom, encore sous le charme d’une romantique balade en bateau. Georg et Gus ne tardent pas à répondre à l’appel de leurs estomacs, les filles les accompagnent en papotant gaiement, leurs rires parviennent jusqu’à nous !!!!

- Dites, cela vous ennuie si on invite Myrielle et Jessy à passer la soirée en notre compagnie ?

- Absolument pas, dis-je avec un grand sourire.

- On est ravi, renchérit Bill en me lançant un drôle de regard.

- Je suis de bonne humeur, donc spaghetti pour tout le monde et c’est moi qui m’y colle !

- Ah ! Georg qui nous prépare sa spécialité, c’est un jour à marquer d’une pierre blanche !

- Si tu veux, je viens t’aider, je suis une championne pour cuisiner les pâtes, enfin tout le monde le dit, proposa Myrielle.

- Volontiers ! Encore des volontaires pour la préparation du dessert ?

- Les gâteaux ça me connaît, répondit Jessy.

- Je viens t’aider, lui dit Gus.

A peine furent-ils tous les quatre dans le bus que trois paires de yeux inquisiteurs me scrutèrent. J’eus beau essayer de les ignorer, ils n’eurent de cesse de me faire cracher le morceau :

- Akasha ?

- Oui ?

- Tu parles ou dois-je en venir aux mains ?

- Si tu crois que tu me fais peur ?

- C’est ce qu’on va voir, me fit Bill en me chatouillant.

- Tu sais bien que je déteste ça !

- Justement et si tu ne veux pas que l’on s’y mettre tous, tu as fâcheusement intérêt à tout nous dévoiler.

Le moment de vérité tant redouté, comment allaient-ils prendre mon initiative ?

- Myrielle et Jessy, je les ai crées, murmurai-je rapidement.

- Hein ?

- On a bien compris ?

- Tu as remis ça ?

- Tu t’es encore dédoublée ?

- Ah non, ce ne sont pas mes doubles !

- Elles viennent d’où alors ?

- Disons que j’ai « gemellisé » Georg et Gus !

- Quoi ?

- Je me suis juste inspirée des atlantes, deux jumeaux, un garçon une fille destinés à s’aimer !

- Quand même….

- Si cela a fonctionné si longtemps en Atlantide et que c’est l’abandon de cette pratique qui a marqué la décadence de leur civilisation, il faut croire que cela avait fait ses preuves.

- Et si ils ne tombent pas amoureux ?

- Je les fais disparaître !

- Tu les tues !

- Non, elle retourneront simplement dans le néant d’où je les ai crées.

- Elles savent qui elles sont ?

- Je leur ai donné le même passé que Gus et Georg, c’était le plus simple, mais elles ne savent rien. De plus je leur ai laissé un libre arbitre total…..

- Tu t’es juste arrangée pour que tout les rapproche !

- Exactement !

- Mais, ôte-moi d’un doute, elles ne sont pas de la Lignée ?

- Non, c’est à Gus et Georg de leur faire le Don, s’ils le désirent.

- Et tu comptes leur dire quand, la vérité ?

- Disons que je comptais un peu sur vous !

- Ben voyons ! Tu magouilles et nous on arrange les choses……..

- Vous me devez bien cela, surtout toi, Tom !

- Séléné, murmura Tom

- Oui, je l’ai créée pour toi ! Ne penses-tu pas que tes amis méritent aussi de trouver l’amour ?

- Je dois bien reconnaître que …..

- Tom quand même, reprocha Bill.

- Elle a raison sur ce coup là !

- Moi, je m’en lave les mains ……

Suite à ce délicieux repas (c’est étonnant comme l’amour rend les cuisiniers doués), Jessy et Myrielle passèrent une excellente soirée en notre compagnie, enfin je parle surtout de celle de Georg et Gus. Leur attention était focalisée plus sur eux que sur nous. Bien joué les atlantes, la théorie des jumeaux a été testée et dûment prouvée……

Tom suggéra de proposer aux filles de nous accompagner, ce qu’elles acceptèrent avec enthousiasme. Saki ne fut pas des plus enchanté de devoir gérer deux Tourbus, mais à huit entassés, il y a des limites. Donc officiellement un pour les filles et l’autre pour les garçons, officieusement Tom, Séléné, Bill et moi-même dans l’un ; Gus, Jessy, Georg et Myrielle dans le second.

Georg et Gustav découvrirent d’eux-mêmes le pot aux roses, lorsque, sans réfléchir, quelqu’un lança une discussion sur les dates de naissance. Ils se rendirent compte que celles des deux jeunes femmes correspondaient aux leurs, ils eurent tôt fait, en mettant bout à bout tous les points communs entre leurs vies respectives, de voir en elles leurs jumelles. Je pense que cette découverte provoqua un plus grand choc chez les filles que chez les garçons. Je les pris à part et leur révélai tout : ma nature réelle, la leur et celle des autres membres du groupe. J’usai d’un peu de suggestion mentale pour faire passer la pilule …..

Quand Georg et Gus leur proposèrent de partager le Don, elles acceptèrent avec joie !!!!!!!!


Fin de Problèmes et ….. Solutions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Midian

Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 48
Ta chanson coup de coeur : 1000 meere
Date d'inscription : 26/01/2008



MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Jeu 26 Juin - 6:29

Souvenirs, souvenirs



* Achar !
* Je veux……
* Tout, mais pas ça
* Pourquoi faut-il toujours que tu essayes de me contrarier ?
* Parce que c’est dangereux !
* Mais c’est faisable ?
* Bien sûr, le Pouvoir de la Source est quasi sans limites, je te l’ai dit!
* Alors allons-y ?
* Tu pourrais t’y perdre et te détruire !
* Peut-être, mais j’ai besoin le voir par moi-même !
* Tout est dans tes souvenirs ou les miens ?
* Je dois le ressentir !
* Sais-tu ce que cela peut te coûter ?
* Je sais surtout ce que cela peut m’apporter !
* Tu pourrais y perdre ton âme et ta raison !
* Je survivrai, j’ai toujours survécu !
* A tes risques et périls………

L’univers entier sembla s’engloutir en moi alors que je partais pour le plus long voyage de toute ma vie. Un voyage qui peut-être aller me coûter la vie, mais qui m’apporterait sûrement des réponses, qui résoudrait les mystères de mon passé et m’aiderait à choisir mon futur.

La tête me tournait, j’aspirai une grande bouffée d’air frais afin de reprendre mes esprits. La lumière semblait trop lumineuse à mes yeux, l‘air trop pur à mes poumons, mais qu’importe ! j’étais revenue chez moi à Atlantis en l’An 97 854 de notre ère ou si vous préférez en l’ An 8042 avant Jésus-Christ. Nous sommes l’avant-veille du jour où mon continent fut détruit, j’avais quatorze ans à l’époque, je garde de cette période des souvenirs plutôt confus. Maintenant je vais enfin savoir………


C’est aussi beau que dans mes souvenirs : les maisons sont toutes de marbre blanc, d’un ou deux étages, les rues de terre battue recouverte d’un fin sable doré. Le chant de l‘eau de la vingtaine de fontaines sculptées de la cité emplit le silence de l’aube. Chacune étant représentative d’un animal mythique : dragon, licorne, phénix, hippogriffe, griffon……les sculptures en sont si fines et si précises que l’on s’attendrait à les voir prendre vie à l’instar du reste de la ville. Dominant la capitale, érigé sur une colline, trône le palais royal, tout de marbre banc, couronné d’un dôme d’or, dont le soleil levant fait scintiller les multiples facettes. Le jardin alentours est si touffu d’arbres qu’on dirait une forêt, deux cascades jumelles se marient pour former un petit lac. Plus loin l’étang aux nénuphars et derrière le palais, creusées dans la colline, les grottes dans lesquelles nous jouions, enfants.

Le Pouvoir de la Source gère le continent depuis l’aube des temps : tout y est toujours propre, ne me demandez pas comment ! Dès la tombée du jour des globes lumineux apparaissent un peu partout afin d’éclairer les rues, ils flottent à quelques mètres du sol et si on le souhaite, ils nous accompagnent afin de nous guider à bon port, tout en nous apportant chaleur et lumière.

La ville s’éveille, je ne vais plus rester seule bien longtemps. Afin de passer inaperçue, j’enjoins à l’Achar de modifier mon apparence vestimentaire. Une longue robe blanche, ajustée par un entrelacs de rubans dorés au niveau de la poitrine, s’évasant telle une corolle, cachant à peine de jolies sandalettes de cuir remplace ma longue robe de velours noir aux manches décorées de dentelles. Les tons foncés ne sont de mise qu’aux enterrements à Atlantis. Achar se rend invisible à mon front, il ne peut y avoir qu’une Reine en Atlantide et à cette époque ce n’est pas censé être moi, mais ma propre mère.

- Que la journée te soit favorable !

- Que le Pouvoir de la Source veille sur nous, répondis-je machinalement, me souvenant des salutations rituelles du matin.

- C’est jour de marché aujourd’hui, les meilleures affaires se concluent tôt !

- C’est fort judicieux!

- Surtout que Beladhor sera là et il a toujours d’étranges objets ramenés des ses nombreux voyages !

Je réprimai à grand peine un sursaut en entendant ce nom, mon père adoptif en vie, cela me semblait impossible et pourtant si. Autant revoir mes parents ou moi-même ne me semblait pas choquant, autant revoir Beladhor me paraissait irréel, peut-être parce que j’avais passé de longues années avec lui, qu’il m’avait tout appris, que je chérissais son souvenir, tandis que mes parents étaient si flous dans mes souvenirs que c’était à peine si j’arrivais à me remémorer leurs visages….

- Oui, c’est vrai, il déniche de bien curieux objets !

- Vous le connaissez ?

- C’est un ami, éludai-je.

- Fort bien !

- Que le Pouvoir de la Source veille sur toi !

- Et sur la Descendance !


Achar avait réussi, j’étais dans le passé, mais pas seulement mentalement dans mes souvenirs, ce que je savais fort bien faire toute seule. J’y étais physiquement avec tout ce que cela pouvait impliquer, y compris modifier définitivement mon futur en cas d’ingérences temporelles. A moi de prendre toute les précautions nécessaires pour ne rien perturber, du moins rien de crucial.

Jouant la prudence, je me matérialisai dans la salle du trône prenant soin de me rendre invisible, il serait toujours temps de me montrer.

Je restais bouche bée devant ce que j’y vis : Beladhor et la Reine, nous regardant mon frère jumeau et moi, les yeux clos flottant à environ un mètre du sol, dans une sorte de stase.

- Etes-vous sûre, ma Reine ?

- Il le faut mon ami, c’est la seule façon de les sauver.

- N’y a-t-il aucun espoir ?

- Non, nous allons détruire l’Atlantide, vous avez deux jours pour partir et mettre mes enfants à l’abri. Ils seront les deux derniers survivants de notre monde, notre seul espoir. Ils ne sont pas encore corrompus !

- Comment leur expliquerai-je ?

- Il n’y aura rien à expliquer, pour eux, nous aurons été tués dans un attentat et vous les aurez sauvés in extremis. J’ai manipulé leurs souvenirs, ils ne savent pas non plus qu’ils sont jumeaux et destinés l’un à l’autre.

- Mais alors……

- Quand ils seront adultes, vous prononcerez le mot : Saveria. Leur mémoire leur sera rendue intégralement.

L’imprévisible se réalisa : d’un coup je retrouvai ma mémoire perdue, tous les souvenirs implantés par mère s’estompèrent pour laisser place à mes véritables souvenirs. Je ressentis au tréfonds de mon âme la perte de mon jumeau adoré, ce vide de plus de 10 000 ans m’envahit avec tant de force que je perdis connaissance.

Je redevins alors visible. Je repris connaissance en sentant une main fraîche sur mon front. La Reine penchée au dessus de moi me scrutait cherchant dans mes traits une réponse : qui étais-je ? Je n’avais que quelques instants pour préparer une réponse, allais-je révéler la vérité ou cacher mon identité ? Tandis que je reprenais péniblement mes esprits l’Achar, à mon front, devint visible à son tour. Je n’avais plus le choix ….

- Par quel prodige ?

- Mère, Beladhor !

- Antinéa ? Comment est-ce possible ?

- J’ai franchi les barrières du temps, afin de chercher des réponses!

- Combien de temps ?

- Plus de 10 000 ans !

- "Par la Source ", mais c’est prodigieux !

- Disons que je n’avais pas vraiment le choix, j’avais besoin d’en savoir plus, de tout connaître de mon passé.

- Tu sais pourtant tout ce qu’il y a à savoir !

- Non, justement : Belhador, ne m’a jamais fait part du mot déclanchant le retour de mes souvenirs.

- Il aurait dû pourtant !

- Nedan est mort, je pense que c’est pour cela que Belhador à préféré me laisser dans l’oubli.

- Il n’y a pas pire souffrance pour nous que la perte de notre moitié d’âme !

- Je le sais, pourquoi crois-tu que je me sois évanouie ?

- Tu viens seulement de retrouver ton passé, c’est moi qui……Oh ! ma pauvre enfant ! je suis désolée !

- Ne t’en veux pas Mère, il fallait qu’il en soit ainsi !

Nous restâmes longuement dans les bras l’une de l’autre. Je me repaissais de sa présence, de sa douceur, de sa tendresse. J’avais oublié à quel point elle m’avait manqué.

Je regardais longuement Nedan flottant à côté de la jeune Antinéa. C’est étrange, de se regarder soi-même, mes yeux passaient de l‘un à l’autre, je voyais la ressemblance physique, mais je ne percevais pas entre eux cette relation fusionnelle, comme je l’aurais supposé.

* C’est normal !
* Pourquoi ?
* Ils sont en stase !
* Mais ils doivent quand même ressentir ?
* Non et c’est heureux car il y aurait une ingérence temporelle !
* Comment ?
* Tu es le futur, tu domines le passé!
* Et alors ?
* Regarde au fond de ton cœur !

Je suivis ses conseils et regardais dans mon cœur. Je compris enfin que toutes mes réponses se trouvaient dans celui-ci ou pour être plus juste auprès de celui qui le détenait : Bill, mon jumeau de sang, ma moitié d’âme.

Je devais construire mon avenir, non pas sur un passé détruit, mais sur un futur, où tout reste à écrire.

Nous avions les cartes en main pour tout créer, sans limite de temps ou de lieux …..

Pourquoi recréer un monde détruit ? Nous allons créer notre propre monde, notre univers de perfection au delà de tout ce qui pourrait être imaginé. Nous sommes libres, libres du passé, libres des contraintes humaines.

- Mère, je dois repartir!

- Je sais !

- Tu me manqueras !

- Sois heureuse ma Fille ! L’Achar m’a montré les chemins de ta vie, je sais que tu as beaucoup souffert et j’en suis fort triste. Mais tu as enfin trouvé le bonheur, tu le mérites. A vous de construire un monde meilleur que le nôtre.

- Nous ferons de notre mieux !

- Je te fais confiance, tu as de qui tenir, dit-elle en souriant.

Elle me serra une dernière fois dans ses bras. Dans deux jours elle détruirait le continent, je savais que de lui avoir montré l’ensemble de ma vie par l’intermédiaire de l’Achar ne changerait rien à sa décision et qu’elle renoncerait à la vie en sachant que dans un futur très lointain la Lignée royale survivrait. Elle regarda tristement Nedan, souffrant déjà la perte de son fils adoré. Dans son infinie sagesse, la Reine savait qu’il n’y aurait point de salut pour lui, à moins d’interférer dans les arcanes du temps et de risquer d’en modifier le cours. Le risque étant de loin plus élevé que le profit, c’est la mort dans l’âme qu’elle dut se résoudre à le sacrifier……

Je me nichais ensuite dans ceux de Beladhor, il m’avait tant manqué. Sa protection, sa force et son amour m’accompagnèrent de longues années durant, c’est lui qui me fit le Don à mes seize ans et par lequel je devins Akasha pour le meilleur comme pour le pire.

- Je suis heureuse, même si les circonstances sont pour le moins étranges.

- Antinéa, tu es toujours aussi belle !

- Tu vas me faire rougir.

- As-tu trouvé le bonheur ?

- Oui, mais je ne peux pas t’en dire davantage afin de ne pas modifier le cours du temps!

- Je comprends !

- Tu vas me manquer !

- Je peux difficilement dire la même chose puisque notre vie ensemble commence aujourd’hui !

- C’est vrai, fis-je en riant.

Je m’éloignai de quelques mètres. Autour de moi, l’air devint frémissant, l’atmosphère électrique, tandis que je disparaissais de la salle du trône. Laissant derrière moi un passé que je venais de comprendre et avec lequel je m’étais réconciliée.

Quand je réapparus dans le Tourbus, quelques instants à peine s’étaient écoulés. Je revenais plus riche de mon passé perdu, toutes les ombres de ma vie étaient enfin éclaircies. Il ne tenait qu’à moi, ou plutôt qu’à nous de créer notre futur………


Fin de Souvenirs, souvenirs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokio-hotel2.blog.jeuxvideo.com/




Hey, je m'appelle

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha   Aujourd'hui à 13:13

Revenir en haut Aller en bas
 

[Série d'OS] Les Chroniques d'Akasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Skalpel"Chroniques de la guerre civile" New album
» Chroniques d'Outre-Tombes (zine, #3 bientôt dispo)
» Psi Factor, chroniques de l'étrange
» Les Chroniques du Sabbat Noir
» CHRONIQUES DE PRESSE sur l'album LOVE LUST FAITH + DREAMS
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Liebe-de-th :: espace fan :: Fans fictions :: One-Shots-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit